Yessaï Karapetian

YESSAÏ est le premier album solo du pianiste et compositeur franco-arménien Yessaï Karapetian. Après des prestations live remarquées avec Guillaume Perret (A Certain Trip, 12 levers de Soleil) ou au sein du trio ONEFOOT – pionnier d’un jazz « next gen » français (réécoutez Mektonized) -, Yessaï Karapetian vole désormais de ses propres ailes, bien décidé à faire des étincelles. Magnétiques et puissantes, les 9 compositions de l’album prennent autant aux tripes qu’aux cortex.

– NEWS –

Lauréat Talent Jazz ADAMI – Tournée avec Terri Lyne Carrington

LETTER ONE EUROPEAN RISING STAR JAZZ AWARD 2022

DOWNBEAT MUSIC STUDENT AWARD 2020
(best soloist & best composer for small ensemble)

Album YESSAÏ parut sur Kyudo Records – 2022

LAURÉAT JAZZ À LA DEFENSE 2020

Des « morceaux » d’art souvent fascinants, parfois déroutants, mais toujours virtuoses. 9 titres portés par une dream team de haut niveau, qui entoure le musicien en studio et en live. A la basse, on retrouve Marc Karapetian, le frère du leader, qui enregistre et se produit également avec l’inégalable Tigran Hamasyan. Théo Moutou officie à la batterie, tandis qu’on se délecte des notes du guitariste Gabriel Gosse (un génie que l’on retrouve chez Christian Scott, Eddy de Pretto ou encore Katerine). Le saxophoniste Mounir Sefsouf vient compléter la formation cosmopolite et iconoclaste imaginée par Karapetian. Cinq jeunes musiciens français à l’état d’esprit conquérant, originaires d’Arménie, de Guadeloupe, de la Réunion et d’Algérie, rencontrés sur les bancs du CNSMDP, et pour qui la musique et l’humain ne font qu’un. Dans ce premier opus, Yessaï Karapetian offre donc au public une œuvre intense, cohérente, presque spirituelle, entre ombre et lumière, empreinte de beauté et de mélancolie. « Cela m’a pris 6 ans pour trouver la formule idéale, confie le pianiste. J’ai testé des douzaines de formations, du trio au nonet ; des instrumentations électriques, acoustiques, en passant par l’instrumentarium issu des musiques traditionnelles arméniennes aux productions purement électro. Cela m’a hanté jusqu’à ce que je trouve la forme et les complices idéals. Comme c’est bien souvent le cas, les problèmes et les blocages sont dans ma tête. Je dois combattre mes propres démons, mes “doppelgängers” (un thème exploré dans le premier single de l’album, Doppelganger10) pour pouvoir me libérer et avancer. Quand j’ose leur faire face, les solutions se découvrent d’elles-mêmes miraculeusement. Cet album documente ce processus ».

– LINE-UP –

 Yessaï Karapetian 
(piano)

EN TOURNÉE