DuNose Productions - www.dunose.com
+33(0)1 34 14 25 16

Christine Salem

Chanson et maloya

Aux percussions de son île, l’icône réunionnaise du maloya-blues emmêle désormais les mélopées d’un violon virtuose. Sur ses pistes voyageuses, aux couleurs blues, maloya ou rock, elle rend grâce à ses ancêtres, et chante la paix. Sans compromis mais fort d’une sensibilité à fleur de peau, dans la puissance et la douceur, « Mersi » ressemble à Christine Salem.

Sur sa route-maloya, elle avance déterminée, suivant les chemins de sa foi et ses intuitions, comme autant de lumières. Son septième disque, « Mersi », ne ressemble pas au précédent, qui lui-même ne sonnait pas comme les autres. Tous, pourtant, ressemblent à la chanteuse. Chacun lui colle à la peau, épouse ses évolutions, au plus proche de sa façon de se poser dans le monde et de s’ancrer au présent. Toujours, elle garde les antennes dressées, à l’affût des chansons à naître.

Avec cette manière de donner vie aux chansons, Christine Salem a donc récolté un joli bouquet de treize titres, composés à différents moments de sa vie. Et pour chacune, il a fallu trouver la clef, les arrangements qui la feraient sonner « juste ».

Sur ce disque, parce qu’elle déteste la routine, Christine Salem a choisi comme fil rouge le violon virtuose du compositeur, arrangeur et chef d’orchestre Frédéric Norel. Ainsi, aux groove des percussions de son île, s’emmêlent les envolées du violon, d’inspiration classique, voire folk. Loin, pourtant, d’une juxtaposition artificielle de deux univers qu’a priori rien ne relie, l’ensemble sonne naturel, créant cette terre nouvelle, née de l’imaginaire de Salem : un monde hybride, bâti sur la liberté qu’elle laisse à chacun de ses musiciens. En capitaine du bateau, elle invite ceux qui l’entourent à embarquer dans sa vision.

A bord on retrouve son fidèle compagnon Seb Martel, Anne Laure Bourget aux percussions, Jacky Malbrouk, gardien du maloya et le violon de Frédéric Norel. C’est Jean Lamoot (Bashung, Salif Keita, Dominique A) qui se voit confier, dans l’écrin du Studio Ferber, la réalisation et le mix de cet album qui se distingue par sa lumière, sa sincérité et son charisme.

Suivez-les :

5/06/22

Réserver

7/1/21
Dieulefit • Bizz'Art Nomade
Réserver

7/30/21
Clermont-Ferrand • Festival des voix romanes
Réserver

7/23/21
Cajarc • Africajarc
Réserver

7/2/21
Floirac • Festival des Hauts de Garonne
Réserver

Grâce aux arrangements de Frédéric Norel, les titres de la dame des Camélias, dépouillés par essence, trouvent un souffle épique insoupçonné avec la puissance orchestrale de l’ensemble régional. 

Francofolies -

Une voix de velours sombre, grave, presque androgyne ; portée par le lourd battement du roulèr, le glissement granuleux du kayamb et le vibrato mystique de l’arc bobre, la chanteuse réunionnaise laisse jaillir spontanément les esprits qui l’habitent : ce lamento des ancêtres et des anciens esclaves, ce maloya des origines, refleuri dans la rue où elle-même, enfant d’un quartier sensible de Saint-Denis, a grandi. 

Télérama -

Le maloya de Christine Salem est vif, violent et exaltant à la manière d’un vent de mer qui jetterait par paquets ses embruns à la face du ciel.

Les Inrocks -

Line-up : Christine SALEM (voix, kayamb) | Anne-Laure BOURGET (percussions diverses) | Jacky MALBROUCK (Rouler, Doum doums) | Sébastien MARTEL (guitare) | Frédéric NOREL (violon et arrangements) | Laurent GOOSSAERT (Chef d’orchestre ) | + orchestre symphonique régionale

Références : La Philharmonie de Paris ; Rio loco ! ; Jazz à la Villette ; Noborder ; Blues sur Seine ; Tempo Rives ; Francofolies, St Denis de la Réunion…