DuNose Productions - www.dunose.com
+33(0)1 34 14 25 16

Sylvain Daniel

Jazz [FR]

Sylvain Daniel - Palimpseste
Palimpseste
Demain Dès l'Aube

Avec Palimpseste, Sylvain Daniel propose un roadtrip dans le Détroit fantôme, aux ruines figées dans un inoubliable âge d’or. À partir du travail photographique d’Yves Marchand et Romain MeffreRuins of Detroit, recueil acclamé par la presse qui a su réveiller un imaginaire collectif autour de la ville, il invite à un voyage hybride mêlant musique live, images et traitement numérique. Les musiciens, encadrés par un triptyque vidéo tracent un itinéraire musical à travers la ville : les photographies de l’hôtel de ville, des banlieues, des souvenirs d’usines, prisons et autre théâtre désaffecté plongent le spectateur dans un dispositif et récit immersifs.

Si on connaissait le bassiste de l’ONJ au travers de ses différents projets et collaborations (The Afrorockerz, Julien Lourau, Thomas de Pourquery, Bo’Tox…), il nous surprend une nouvelle fois par ses talents de narration,  dans une fascinante rêveries aux airs d’enquête policière. En hommage aux différents symboles de la ville, berceau de nombreux courants musicaux, Palimpseste nous entraîne dans une quête du son de Détroit avec des compositions qui n’ont rien à envier à la soul de la Motown, au hip-hop de Jaydee ou à l’électro de Juan Atkins.

Volet action culturelle : en première partie, Palimpseste propose le projet d’un orchestre composé d’élèves issus de formations classique, jazz et musiques actuelles des conservatoires voisins, sous sa direction et coordonné par Mathieu Blanc, pour présenter une reprise instrumentale de l’album Welcome To Detroit de Jay-Dee. Ce classique du hip hop américain a été réarrangé pour l’occasion par Sylvain Daniel pour un instrumentarium de cuivres et de cordes peu courant dans cette esthétique musicale.

  • Coproduction DuNose Productions, Le Cube et Paul B.
  • Album Ruins of Detroit – mars 2018
  • Sylvain Daniel a été artiste résident de la Dynamo de Banlieues Bleues pour la saison 2017>2018

Poète, romancier et dramaturge, Victor Hugo reste dans la conscience collective un monument de la littérature romantique. Et si, à sa mort, une gigantesque foule se presse pour accompagner ses funérailles au Panthéon, c’est qu’il fût le symbole rare de la rencontre entre la culture populaire et celle dite « légitime » – tant reconnu par ses pairs qu’adulé du peuple.

Avec Demain dès l’aube, Sylvain Daniel – figure incontournable de la nouvelle scène française et bassiste émérite de l’Orchestre National de Jazz – propose une relecture musicale des Contemplations, qui dévoile une facette plus intime de Victor Hugo. Ces textes, en partie dédiés à sa fille Léopoldine décédée prématurément, réaffirment les liens du poète à l’enfance en explorant la puissance évocatrice et poétique du lien filial. Fils de compositeur et aujourd’hui père de deux enfants, Sylvain Daniel nous projette dans les émotions évoquées par Hugo : entre amour, deuil et mysticisme. Par un langage simple, il imagine la jonction de la musique classique qui a bercé son enfance et d’une musique plus électrique, urbaine, qui englobe désormais ses sonorités quotidiennes. Cette nouvelle création engage le spectateur dans une réflexion à la fois très personnelle et universelle : celle de la paternité, la filiation, la transmission.

Un comédien, un quartet de jazz et un quatuor à cordes convient le public à une immersion totale dans cet imaginaire. Une réflexion autour de ces souvenirs sensibles dont nous avons hérités, ceux que nous souhaiterions léguer à notre tour. Dans le prolongement offert par la capacité d’interprétation de spectateur, Sylvain Daniel révèle la résonance contemporaine des mots d’Hugo et convie à en redécouvrir la musicalité.

  • Coproduction DuNose Productions, La Dynamo de Banlieues Bleues .
  • Album Ruins of Detroit – mars 2018
Suivez-les :

  • Palimpseste - Fisher Body Party
/

De ce pèlerinage, il a tiré une musique d’usines en ruines, de pluies de rouille et de rues crevées où claquent encore les lointains échos des fureurs punks du MC5, des basses sous LSD de Bootsy Collins, des hypnoses de J Dilla ou encore des ténèbres industrielles de Juan Atkins. (…) Dur et excitant comme une surdose de nuits blanches, leur album rassemble ces lambeaux en une saisissante hallucination, parfait témoignage de la capacité du jazz contemporain à embrasser toutes les esthétiques.

ffff - Télérama -

Et c’est donc un petit français fou de The Roots, fan de Marcus Miller et Pino Palladino et passionné par la techno made in Detroit qui arrive enfin à rassembler des cultures musicales tellement plus compatibles que Wynton Marsalis ne l’imagine. « Voyager rend modeste » disait Flaubert, mais notre guide du jour peut être fier de lui.

CHOC ! Jazz Magazine -

Le bassiste compositeur, membre de l’ONJ, nous emporte en une errance sonique dans les rues de la Motor City. De Détroit, vivier musical qui l’a inspiré, il instille, selon les titres, l’entêtement hypnotique de la techno, un sample éphémère d’Eminem, des embruns d’électro. La basse s’emballe, le saxe lance un cri déchirant, les harmonies se hérissent, des cliquetis martèlent le tempo… Et semblent se lever les squelettes fantomatiques de la décadence qui hantent la cité ouvrière

L'Humanité -
Extraits vidéo

Palimpseste

Extraits vidéo

Demain Dès l'Aube

Line-up Palimpseste : Sylvain Daniel (basse, composition) | Laurent Bardaine (saxophones) | Manuel Peskine (piano, claviers) | Mathieu Penot (batterie) | Laurent Simonini (scénographie)

Line-up – Demains Dès l’Aube : Sylvain Daniel (composition, basse) | Guillaume Poncelet (trompette) | Sophie Agnel (piano, synthétiseur) | David Aknin (batterie) | Johan Renard (violon) | Anne Le Pape (violon alto) | Cyprien Busolini (violon alto) | Jean Philippe Feiss (violoncelle) | Olivier Augrond (récitant)

Références : Le Carreau du Temple (Paris) ; Le Cube (Issy-les-Moulineaux), La Dynamo de Banlieues Bleues (Pantin) ; Paul B (Massy)…

Sed leo. et, Donec dolor. ut amet, dapibus felis