DuNose Productions - www.dunose.com
+33(0)1 34 14 25 16

Christine Salem – Sinfonik

Maloya symphonique

Sinfonik samel

Christine Salem, rompue aux spectacles et à la transe du maloya dont elle est l’une des plus brillantes ambassadrices, use de sa carrière passée de travailleuse sociale pour se forger une personnalité qui ne chancelle pas, elle trace son chemin avec détermination, presque obstination.

Et pourtant, le projet ambitieux Christine Salem Sinfonik (« symphonique » écrit en créole réunionnais) la remue profondément, tout comme ses cinq musiciens attitrés et les vingt instrumentistes de l’Orchestre de la Région Réunion (qui ont participé à sa création). Le chef d’orchestre Laurent Goossaert, clame quant à lui sa « fierté » de diriger cette œuvre, création originale autour des chansons de Christine Salem.

Le maloya « roots » de l’enfant des Camélias, quartier populaire de Saint-Denis-de-la-Réunion, a été choisi par l’Orchestre dans un délicat exercice de liberté. « La liberté, c’est ce qui caractérise Christine Salem, sa personnalité, sa musique« , détaille le violoniste Frédéric Norel, qui s’est plongé « trois mois jours et nuits » dans les arrangements de ce répertoire parfois originellement conçu avec seulement des percussions et une voix. « Tout l’enjeu consistait à transcrire sur partitions, en 18 lignes d’arrangement, l’essence d’une œuvre sans en dénaturer le sens, de trouver les outils qui, une fois sur scène, permettent à Christine Salem de se sentir aussi libre devant vingt-cinq musiciens qu’elle ne l’est avec cinq. C’est, jusqu’alors, le projet le plus difficile de ma carrière« .

Personne mieux que Frédéric Norel n’aurait pu s’imprégner de l’art singulier de Christine Salem : depuis deux ans, en effet, ce virtuose du violon, compositeur lui-même, fait partie du quintet qui accompagne la chanteuse créole sur album et sur scène. Quant à Laurent Goossaert, il se plaît à cet exercice où « tout peut arriver« . « Elle chante un couplet de plus, un couplet de moins ? Débrouille-toi ! » sourit-il, enthousiaste devant l’idée de transporter maintenant cette œuvre le plus loin possible, avec des orchestres de toutes les régions de France, d’Europe, d’ailleurs.

Car il y a une universalité dans ce Christine Salem Sinfonik, où une musique de la terre, le maloya, blues ternaire né de l’esclavage, de l’engagisme et du métissage réunionnais, rencontre des instruments portés aux nues dans les salons les plus nobles. Cette universalité est celle du propos de Christine Salem, à la fois revendication identitaire, recherche poétique et ode à la liberté, qui rejoint l’essence même de ce que la musique véhicule depuis que l’homme est homme : une quête esthétique autant qu’un voyage intérieur vers l’âme et ses méandres. Alors ces larmes qui coulaient des yeux de Christine, ce soir de mars à La Réunion signent l’évidence de cette rencontre entre cette reine Christine et ses dévoués musiciens. C’était une évidence, rien de moins. Avec comme un petit air de défi relevé, comme elle le résume en deux phrases, de sa voix grave : « A mes débuts, on me disait : « Christine, le maloya n’ira pas loin« . Regardez où nous en sommes aujourd’hui !« 

Ce projet a été créé à la Réunion pour l’Orchestre de la Région Réunion, il a été financé par la Région  Réunion et produit par Lundi Production, il bénéficie du soutien de la SACEM.

Suivez-les :

Grâce aux arrangements de Frédéric Norel, les titres de la dame des Camélias, dépouillés par essence, trouvent un souffle épique insoupçonné avec la puissance orchestrale de l’ensemble régional. 

Francofolies -

Une voix de velours sombre, grave, presque androgyne ; portée par le lourd battement du roulèr, le glissement granuleux du kayamb et le vibrato mystique de l’arc bobre, la chanteuse réunionnaise laisse jaillir spontanément les esprits qui l’habitent : ce lamento des ancêtres et des anciens esclaves, ce maloya des origines, refleuri dans la rue où elle-même, enfant d’un quartier sensible de Saint-Denis, a grandi. 

Télérama -

Le maloya de Christine Salem est vif, violent et exaltant à la manière d’un vent de mer qui jetterait par paquets ses embruns à la face du ciel.

Les Inrocks -

Line-up : Christine SALEM (voix, kayamb) | Anne-Laure BOURGET (percussions diverses) | Jacky MALBROUCK (Rouler, Doum doums) | Sébastien MARTEL (guitare) | Frédéric NOREL (violon et arrangements) | Laurent GOOSSAERT (Chef d’orchestre ) | + orchestre symphonique régionale

Francofolies, St Denis de la Réunion…

fringilla felis eleifend ut ante. commodo tempus